Vous êtes ici : Accueil /  Laguiole




Voir ma collection personnelle

SOCIÉTÉ FORGE DE LAGUIOLE
MANUFACTURE DE COUTEAUX
Route de l'AUBRAC   B.P.9
12210 LAGUIOLE

TEL : 05 65 48 43 34
FAX : 05 65 44 37 66
SIte internet de la forge

 


La visite complète de la forge.
Avec l'aimable autorisation de la Forge de Laguiole, visitez les endroits réservés aux VIP.

Cliquez ici pour commencer la visite

 

Le couteau de Laguiole (prononcez LAYOLE) est à la mode depuis quelques années, mais je collectionne cet objet depuis 1980. Il a été créé dans sa forme actuelle par Mr Calmels vers 1829.
A l'époque il n'y avait pas de forge à Laguiole, les couteaux étaient forgés à Thiers, puis assemblés à Laguiole. La société FORGE DE LAGUIOLE, créée en 1987, permet de faire revivre le couteau de Laguiole sur son terroir d'origine. Cette coutellerie, dont l'architecture a été confiée au designer Philippe Starck, est facilement reconnaissable à la lame immense qui s'élève au dessus des 2500 M2 d'ateliers.
La société FORGE DE LAGUIOLE emploie plus d'une centaine de personnes et produit environ 200.000 couteaux par an. Sa marque est un couteau ouvert sur le U de Laguiole (ci-contre).

(Photos: Patrick GESLIN)


Cliquez sur l'image pour l'avoir en 800x600

La beauté et la qualité des couteaux qui sortent de cette forge participent à l'engouement actuel pour cet objet.

Le manche des couteaux est décliné dans divers matériaux. Le plus classique reste la corne, blonde ou noire qui est prise en pleine corne, ou la corne cachée ou pressée prise sur la partie creuse de la corne et pressée à chaud, mais le bois est de plus en plus présent (olivier, buis, bois de rose... toutes les essences sont représentées), le métal ainsi que la pierre sont de plus en plus prisés. On trouve aussi du stamina qui est une résine fabriquée avec des lamelles de bois collées et compressées. Enfin il reste l'ivoire qui ne provient plus de l'éléphant mais du phacochère.
Le couteau de Laguiole est décliné en plusieurs tailles (9-11-12-13 cm) et en plusieurs pièces. Le plus simple est une seule pièce: La lame. Le deux pièces est composé de la lame et du tire-bouchon (depuis 1880). Le trois pièces a en plus de la lame et du tire-bouchon la fameuse LUSAINE ou poinçon (depuis 1840) qui servait autrefois aux bergers pour faire un trou dans la panse des brebis qui gonflaient après un trop copieux repas d'herbe fraîche.
Pour fabriquer un couteau 1 pièce il faut compter 109 opérations, alors que pour un 2 pièces (lame et tire- bouchon) il y en a 166.


3 pièces (lame, tire-bouchon, lusaine ou poinçon)


Le guillochage

A chaque extrémités du manche se trouvent les mitres qui sont réalisées par frappe à froid ou au marteau -pilon et sont en laiton recuit (pour faciliter l'estampage) ou en inox (dans ce cas il faut les estamper à chaud).
Le ressort, en acier inoxydable, est découpé, percé, blanchi puis trempé à 1040°C. Le dos du ressort peut être décoré, c'est le guillochage, qui est réalisé soit mécaniquement avec une presse, soit manuellement à la lime.
Il se termine par l'abeille, encore appelée mouche qui est, dans la plupart des cas estampée à froid à partir d'un moule et soudée sur le ressort, ou sculptée à la main dans la masse du ressort, c'est alors une abeille/mouche forgée, ce qui augmente le prix du couteau.
Sur le manche des couteaux on trouve une croix qui permettait aux bergers (une fois le couteau planté dans le sol) de faire leurs prières. 
La lame a été fabriquée en acier XC 75 oxydable pour sa qualité de tranchant et aussi sa souplesse à l'affûtage. Son inconvénient majeur étant de noircir au contact de certains aliments. Pour palier à ce problème les lames ont été faites en acier 440A inaltérable, plus dur et qui ne noircit pas. Il est par contre plus difficile à affûter. L'usine de Laguiole a fabriqué depuis quelques années des lames en acier 440A mat, ce qui donne un nouveau look à ce couteau désormais légendaire. On trouve aussi maintenant des lames acier au carbone. Le must étant pour les passionnés l'acier damassé (principe du mille-feuilles). Depuis peu la forge de Laguiole utilise de l'acier T12 qui a un meilleur tranchant, et qui s'affûte mieux.



abeille ou mouche


La croix

 


source forge de Laguiole

LAGUIOLE ORIGINE GARANTIE: un label d'authenticité et de qualité

Beaucoup croient que la petite abeille estampée à la naissance du manche est un signe d'authenticité. Erreur! Malgré leur charme et leur beauté, elles n'attestent ni de l'origine du couteau ni de sa qualité de fabrication.

Seule la marque collective de certification LAGUIOLE ORIGINE GARANTIE permet d'identifier les couteaux réellement fabriqués sur place respectant des critères de qualité définis et contrôlés.

 
Les Laguioles de Virgilio Muñoz Caballero


Image de la Forge de Laguiole

Né le 29 Avril 1955 à El Viso en Espagne, il a obtenu, en 1986,  le titre de meilleur ouvrier de France en coutellerie. Travaillant aujourd'hui au sein de la société Forge de Laguiole, il réalise, en général à la demande, des pièces rares d'une beauté à couper le souffle. Ce sont des oeuvres d'art pour les collectionneurs et amateurs de très beaux Laguioles. Le prix de chaque couteau est à la hauteur du travail effectué, et c'est pour cette raison que vous n'en trouverez pas dans ma collection personnelle. (si parmi vous il y a un généreux mécène .... on peut toujours rêver....).

Voici ci-dessous quelques pièces réalisées par Virgilio Muñoz Caballero, admirez la richesse des détails.
 


Image de la Forge de Laguiole

Image de la Forge de Laguiole

Image de la Forge de Laguiole

Image de la Forge de Laguiole

Les 4 étapes de la fabrication d'un couteau de LA FORGE DE LAGUIOLE sont les suivantes:
1) LA FORGE DE LA LAME
2) La découpe, l'estampage, le soudage et le perçage des platines et des mitres
3) La préparation des pièces et le montage
4) Le polissage et l'affûtage


Voici le détail de chacune de ces étapes.

1) LA FORGE DE LA LAME



Les crampons de lame qui vont être forgés sont tronçonnés dans des barres d'acier de 3mm d'épaisseur. La forge se fait à des températures différentes selon le type de l'acier. On chauffe l'ébauche de la lame puis on l'estampe: la lame incandescente est écrasée par une presse de 300 tonnes de pression.
En refroidissant, les crampons forgés s'auto trempent. Il faut les recuire pour pouvoir continuer les opérations d'ONGLAGE, de MARQUAGE qui se réalisent à froid à l'aide de presses de 40 à 60 tonnes de pression.
A l'aide d'une matrice, on réalise la DÉCOUPE ou mise en forme définitive de la lame. Une matrice est constituée d'un poinçon (partie mâle) qui s'adapte à une partie femelle.
La TREMPE consiste à chauffer à 1100°C environ les lames déjà forgées, marquées et découpées, puis à les refroidir brutalement en les plongeant dans un bain d'huile. La lame est trempée pour conférer au métal une très grande dureté. Ensuite intervient le REVENU à 200°C environ qui détendra les molécules de l'acier et donnera souplesse et stabilité à la lame.

2) La découpe, l'estampage, le soudage et le perçage des platines et des mitres

Les platines constituent le châssis du couteau et sont réalisées par découpe à froid à l'aide d'une matrice montée sur des presses dont la puissance varie de 40 à 80 tonnes. Tous les trous nécessaires à l'assemblage des différentes pièces du couteau sont percés en même temps. Les platines sont en laiton écroui (durci).
D'abord sous la forme de petits rectangles de laiton massif, mes mitres sont estampées, détourées (l'excédent de matière est éliminé) puis soudées sur les platines de façon à les rendre solidaires entre elles (indispensable pour le montage).
Les platines et les mitres sont montées et ajustées sur les ressorts. L'ossature qu'elles constituent permet l'adjonction de poinçon, tire-bouchon et la fixation des plaquettes de corne ou de bois.

3) La préparation des pièces et le montage

 


Aux lames, platines et mitres viennent s'ajouter ressort, abeille-mouche, tire-bouchon, poinçon, corne.

Le poinçon est forgé à partir de lopins d'acier hexagonaux de 6 mm de diamètre. L'oeillet, situé à l'arrière du ressort, est l'une des pièces les plus anciennes d'un couteau de Laguiole: il permet de l'attacher à une lanière pour ne pas le perdre. Le couteau 2 pièces poinçon était à l'origine l'outils des dresseurs de boeufs.

La corne est constituée de 2 parties. La partie haute de la corne (pointe ou corne massive) est découpée en plaquettes, puis façonnée par ponçage à l'aide bandes abrasives. La partie creuse (corne pressée ou cachée) est chauffée puis moulée: c'est une corne que l'on forme pour l'adapter au manche du couteau.

4) Le polissage et l'affûtage

Une fois le couteau assemblé par un monteur, il est poli à la main pour peaufiner le galbe de son manche et lui donner son éclat. Ces opérations se réalisent avec de la pâte à polir, sur des frottes en coton ventilé et plié de manière différente selon qu'il est utilisé pour le polissage des métaux, de la corne ou du bois. Ces manipulations permettent de faire briller les mitres et les lames et de révéler la noblesse des matériaux du manche (marbrure de la corne, veinage du bois).
Le polissage terminé, c'est la MISE AU TRANCHANT définitive consistant à affûter la lame des couteaux sur des meules. Auparavant, il y a un rang de RAYASSAGE: opération consistant à affiner l'épaisseur de la lame dans sa partie tranchante.
Les couteaux sont finalement nettoyés et contrôlés un par un pour être expédiés ou proposés à la vente.

Je conseille à tous les passionnés de Laguiole de visiter cette magnifique forge où l'on peut vraiment suivre toutes les étapes de la confection d'un couteau.
Vous verrez également le laguiole de Johnny Hallyday, d'Eddy Mitchell ainsi que celui du guide du routard, trois pièces splendides.


Ma collection personnelle

Mesurez votre audience

Retour Accueil

Haut de page

Page précédente